DU DÉBUT À LA FIN DE PARTIE documentaire 85′

Uncategorized
Documentaire de création - 85'
Écrit et réalisé par Guillaume Lévis
En post-production
Producteurs : Damien Ronfard & Élodie Ferré
Coproduction : monplusbeaufilm

Un documentaire sur la création de la pièce de théâtre Fin de Partie 
de Samuel Beckett
mise en scène par Charles Berling
Avec
Charles Berling
Dominique Pinon
Gilles Segal
Dominique Marcas

« À… À moi… De jouer » (ouverture de la pièce de théâtre Fin de Partie de Samuel Beckett, écrite entre 1954 et 1956)

Filmée pendant les huit mois de sa création en 2008 au Théâtre de l’Atelier à Paris, Fin de Partie prend forme dans ce documentaire, pétrie entre les mains de son metteur en scène et comédien, Charles Berling.

Au fil des mois, dans un décor apocalyptique qui se construit, Berling et ses trois comédiens, Dominique Pinon, Dominique Marcas et Gilles Segal, plongent dans cette tragédie, portrait d’une communication malade entre les hommes. Ses répliques, son ton et son style contaminent jusqu’aux échanges entre les comédiens. Texte et réalité se confondent et se renvoient, alors, la faute d’un échange difficile.

Sans relâche, jusqu’à la première, metteur en scène, comédiens et assistants s’interrogeront sur cette pièce à l’univers si dévasté mais humaine, si humaine.

_____

 « Me — to play » (Samuel Beckett’s Endgame, theatre play written between 1954 and 1956)

Filmed throughout the eight months of its creation in 2008 at the théâtre de l’Atelier in Paris, Endgame, takes shape within its director’s -and comedian- hands, Charles Berling.

Thoughout time, in a set more and more apocalyptic, Berling and his three comedians, Dominique Pinon, Dominique Marcas and Gilles Segal, are drawn into this tragedy , which is a portrait of an ill communication among men. Its lines, tone and style spreads to exchanges between comedians. Text and reality become intertwined and thus, blame each other for the difficulty of the exchange.

Relentlessly, up until the premiere, director, comedians and assistants interrogate this unclassifiable masterpiece, which stages a devastated universe but human, so human.